Search Results

Author:

ABSTRACTPierre Lalive in his introduction to his course says that not only does he not have a dogma to propose, but also does he not believe in dogmas, in “grand theories”, and that he distrusts doctrinal constructions, especially when the grand theories are fashionable. Therefore, it is not a system that he explains in his course, but certain general views on a number of issues central to private international law, certain general features of private international law, questions on methods (international unification of law, “material” or “substantial” rules of private international law, method of affiliation), the question of the primacy of lex fori, application of foreign law (knowledge and application of foreign law), foreign international private law (meaning and extent of the attachment and possible manifestations of foreign private international law), the mechanics and values (criticism in the classical method, criticality of the criticism, and the issue of potential superiority of a “new” method).

Pierre Lalive écrit en introduction de son cours que non seulement il n'a pas de dogme à proposer, mais qu'il ne croit pas aux dogmes, aux « grandes » théories, et qu'il se défie des constructions doctrinales, surtout lorsqu'elles sont à la mode. Ce n'est donc pas un système qu'il expose dans son cours, mais quelques vues générales sur un certain nombre de questions centrales du droit international privé : quelques caractères généraux du droit international privé, des questions de méthode (unification internationale du droit, règles « matérielles » ou « substantielles » de droit international privé, méthode du rattachement), la question de la primauté de la lex fori, l'application du droit étranger (connaissance et établissement du droit étranger, application, et conséquences de la non application du droit étranger), le droit international privé étranger (sens et portée du rattachement et manifestations possibles du droit international privé étranger), les mécaniques et les valeurs (critique de la méthode classique, critique de la critique et question de la supériorité éventuelle de la « nouvelle » méthode).