Search Results

ABSTRACTIn the introduction to his course, Mohamed Bennouna, Permanent Representative of Morocco to the United Nations, points out that the economic sanction immediately brings us to face a very delicate question of the relationship between security, freedoms and social rights. The problem is that of the head office: What can one do to bring down the master of the house and starve the whole city to death? The author focuses on the analysis of the imposition of economic sanctions as a means of pressure, the "collateral" damage caused by sanctions, the monitoring of the application of economic sanctions so-called "smart" targeted sanctions, and the lifting of economic sanctions to analyze the issue of economic sanctions of the United Nations.

En introduction de son cours, Mohamed Bennouna, représentant permanent du Maroc auprès de l'Organisation des Nations Unies, souligne en introduction de son cours que la sanction économique nous met d'emblée en présence de la question très délicate de la relation entre la sécurité, les libertés et les droits sociaux. La problématique est celle du siège : peut-on pour faire tomber le maître des lieux faire mourir de faim toute la cité ? Pour étudier la question des sanctions économiques des Nations Unies, l'auteur s'attache à l'analyse de l'édiction des sanctions économiques en tant que moyen de pression, aux dommages « collatéraux » occasionnés par les sanctions, au contrôle de l'application des sanctions économiques, aux sanctions ciblées dites « intelligentes », et à la levée des sanctions économiques.

ABSTRACTAccording to Mohamed Bennouna, Professor at the Faculty of Law in Rabat, the legal problem of international law relating to commodities is to analyze the compromise between the two apparently contradictory aspirations of developing countries which, in a context of unequal power relations, seek to gain control over their commodities while exchanging them under better conditions. In this context, the author successively studies the right to disposal of commodities and the regulation of prices and markets for commodities.

Selon Mohamed Bennouna, professeur à la Faculté de droit de Rabat, la problématique juridique du droit international relatif aux matières premières revient à analyser le compromis entre les deux aspirations apparemment contradictoires des pays en développement qui cherchent, dans un contexte d'inégal rapport de force, à conquérir la maîtrise de leurs matières premières tout en les échangeant dans de meilleures conditions. Dans ce cadre, l'auteur étudie successivement le droit de disposer des matières premières et la régulation des cours et des marchés de matières premières.

ABSTRACTThis course deals with the opposition between the letter and the spirit in international law. After the different methods of analysis, the major themes of international law are addressed, such as sovereignty, collective security, or general international law. The question of international legal obligation is addressed by its object, nature, and effects, leading to the topic of state responsibility for international crimes.The implementation of the international order is the subject of the second part of this course. It is essential in times marked by new tensions. This international order at work requires international justice, thus leading to the notion of universal jurisdiction, as well as to the question of prevention. Finally, the order of the oceans, more than twenty years after the entry into force of the United Nations Convention on the Law of the Sea, is analyzed, introducing the last chapters on international law in the face of time.

RÉSUMÉIl est question dans ce cours de l’opposition entre la lettre et l’esprit en droit international. Après les différentes méthodes d’analyse, les grands thèmes du droit international sont abordés, tel que la souveraineté, la sécurité collective ou le droit international général. La question de l’obligation juridique internationale est traitée par son objet, sa nature et ses effets, menant au sujet de la responsabilité des États pour des crimes internationaux.La mise en œuvre de l’ordre international fait l’objet de la deuxième partie ce cours. Elle est essentielle en des temps marqués par de nouvelles tensions. Cet ordre international à l’œuvre passe par la justice internationale, mène donc à la notion de compétence universelle, ainsi qu’à la question de la prévention. Enfin, l’ordre des océans, plus de vingt ans après l’entrée en vigueur la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, est analysé, introduisant les derniers chapitres portant sur le droit international face au temps.